Une semaine à Beijing

Publié le par gaylor 有琴固


Oh Beijing, Beijing, Beijing !!!

Je viens de passer une semaine à Beijing pour les vacances du nouvel an chinois. Ce fut un séjour très éprouvant (tant physiquement que mentalement). Beijing c’est immense, la moindre distance à parcourir devient une randonnée, plus vous enchainez les randonnées et plus vous êtes mort. Imaginez une ville avec 6 périphériques, et pas le petit périph parisien, mais carrément des semi-autoroutes qui encerclent la ville. La Cité Interdite (dorénavant appelé le « Palace Museum ») est le cœur de cette ville gigantesque. Tout le développement de Beijing s’est construit autour de la demeure impériale.

 Ces vacances ont été pour moi l’occasion de réaliser un rêve d’architecte (oui, on a des rêves communs entre archi) :

-          J’ai visité le plus grand aéroport du monde (dessiné par les bureaux Foster and partners). Il est tout simplement gigantesque, tellement énorme qu’il est super dur  à prendre en photo. Il a été conçu et réalisé en l’espace de 4 ans (infaisable en France). Il y règne une paisibilité jamais vue dans un tel type d’édifice (sérieux pas un bruit, pas un appel vocal casse pieds).

-          J’ai vu les tours de la CCTV (chaine national chinoise) et de la TVCC (complexe hôtelier et culturel) en cours de réalisation (dessinés par les architectes d’OMA). C’est le plus beau projet de tours au monde. Cette tour n’a pas de début ni de fin, c’est un loop (une boucle). La fin de sa réalisation est prévue pour mi 2009, j’espère pouvoir y retourner à cette occasion.

-          J’ai pénétré dans le Water Cube où se sont déroulées les compétitions de natation des derniers J.O. (conception des architectes australiens de PTW). Y a rien à dire c’est la plus belle piscine au monde. Le projet n’est pas entièrement fini, il reste encore la réalisation à l’intérieur du parc aquatique qui ne verra sûrement pas le jour (l’avenir nous le dira). Le concept des bulles d’eau, c’est tout simplement génial.

-          Et enfin j’ai visité le Bird Nest et j’ai même foulé la pelouse de ce stade devenu mythique (l’agence suisse Herzog & De Meuron). Je n’aurais jamais cru prendre tant de plaisir à le visiter. Il est beau, immense. C’est une conception complètement délurée. Maintenant il reste juste à savoir si ce bâtiment deviendra un monument au service de la nation, ou gardera une fonction sportive tel qu’il est destiné. En tout cas pour le moment il faut le rentabiliser et aucune manifestation sportive n’est assez importante pour le remplir donc pour le moment c’est un lieu de pèlerinage. J’y retournerai volontiers d’ailleurs.

Je suis un homme comblé (ou devrais je dire un architecte comblé). Je n’aurai jamais cru prendre temps de plaisir à contempler ces bâtiments. Bravo les pékinois.

C’est bon j’ai fini de saliver. Aaaaarrrrrrggghhhh !!!

 Mais dans tout ce marasme architectural, j’ai tout de même oublier de préciser que  je suis également retourné voir un édifice, si ce n’est l’édifice le plus important de Beijing ;la Cité interdite (environ 5 heures de visite, en plus une grande part de la cité est fermée au public pour rénovation) et refait(en partie) la grande muraille (sur le site de Badaling qui est une partie restaurée de la muraille, la dernière fois nous avions été à Simatai, site beaucoup plus sauvage). Sur la muraille, j’ai failli me péter la gueule à plusieurs reprises tellement l’escalade est difficile à certains moments.

 

A Beijing, il y a aussi eu de très grands coups de gueule notamment à l’auberge de jeunesse, qui était plus un hôtel à passe qu’une vraie auberge de jeunesse. Pas de poste internet (enfin si, il fallait utiliser le bureau de la direction pour y avoir accès), aucun personnel ne parlant l’anglais, une salle de bain à la limite de l’électrocution… enfin que du bonheur.

Il y a aussi eu, les chauffeurs de taxi, qui (je le pense vraiment) sont les plus bêtes du pays : des taxis qui refusent vos courses pour tout et n’importe quoi comme raison, ou qui ralentissent, se mettent à coté de vous juste pour vous mater et redémarrer illico presto sans vous laisser monter.

A Pékin, j’ai appris à devenir patient et à être zen. Je n’y habiterais pas pour le moins du monde en tout cas, enfin pas maintenant pour le moment (les infrastructures ne  sont pas encore adaptées à l’immensité de la ville). Mais je vous recommande tout même d’y aller pour quelques jours de vacances, rien que quelques jours et c’est tout.


 

Publié dans Hors de Shanghai

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christophe 15/02/2009 07:08

Salut Gaylor,

Merci de nous avoir offert ce voyage atypique : la quasitotalité des touristes s'arrêtent aux monuments ancestraux, et tu es allé au-delà, visitant aussi des fleurons de l'architecture contemporaine. On sent le passionné !

Pour ce qui est des taxis, ne t'étonne pas trop : lors d'un récent voyage à la capitale, nous avons entendu de la bouche de l'un d'entre eux qu'ils étaient nombreux à ne pas prendre les étrangers, par peur des incompréhensions. Dieu merci, l'administration veille, et a "interdit" cette restrictuon. Le mieux donc, dans ce genre de situations, et de demander à un policier : il sommera le premier chauffeur de vous faire embarquer !

J'ai fais mon premier voyage à Pékin en 1999 ou 2000, et le dernier remonte à six mois : et c'est fou à quel point la ville a changé ! Certes, il y a eu les JO... Mais pas seulement !

Amicalement. A bientôt.

gaylor 有琴固 19/02/2009 20:19


Merci pour les infos concernant les taxis. La prochaine fois je me déguiserai en policier histoire de les impressioner... Mais je suis pas sur que ça
fonctionne.