5 jours à Hong Kong

Publié le par gaylor 有琴固


Pour les lecteurs les plus assidus du blog vous saviez surement qu'à la fin de la validité de mon visa (début mai exactement), le gouvernement chinois m'a courtoisement invité à quitter le territoire (en gros ils m'ont chassé comme un malpropre). Eh, eh, eh, bein me voila de retour, il ne savaient pas à qui il avaient à faire, je reviens toujours, tel un phœnix. Muhahahaaa!!!

 

Afin de ne pas finir dans une prison chinoise (je n'ose même pas imaginer l'état d'une cellule: dix personnes entassées dans 10m²), mon exil en dehors de Shanghai devenait inévitable. En plus, ça aurait  été vraiment bête d'être interdit de séjour en Chine alors que j'apprécie beaucoup ma nouvelle vie shanghaienne.

 

Donc jeudi soir, j'ai décollé pour... Hong Kong. La, vous vous dites surement que je cherche définitivement à aller au placard. Eh bein non les cocos, Hong Kong malgré sa rétrocession à la Chine demeure ... chinoise, avec un système administratif totalement indépendant de la Chine (là les anglais ont encore réussi un coup de maitre, ils n’allaient pas laisser comme ça leur poule aux œufs d'or rentrer dans un système communiste).

 

Grosso modo aller à Hong Kong, c'est partir à l'étranger (d'ailleurs les Hong Kongais sont considérés comme des « chineses overseas » = chinois d'outre mer). Je me demande bien à quoi ça a servi, tout ce remu-ménage médiatique qu'on nous a pondu en 1997 (direct de la cérémonie sur les plus grandes chaines nationales, première page des journaux etc...). Tout ça pour vous dire qu'Hong Kong est quasiment restée la même. En surface, rien de très flagrant, mais y’a surement du y avoir quelques petites choses tout de même.

 

En 1997, ceux (en autres les journalistes et les défenseurs des droits de l'homme) qui voyaient déjà l'armée rouge marcher sur l'ile se sont bien trompés ou ont été mauvaise langue. Mais bon ça ne fait que 12 ans que l'ile est sous gouvernance chinoise. On verra bien dans quel état les britanniques récupérerons leur île en 2097 (les anglais ont prêté Hong Kong, avec tout ce qu'il y a dedans; ça veut dire économie, habitants, patrimoine foncier etc...). Je connaissais le pack ADSL haut débit, le pack assurance, le pack de bière, bein maintenant il existe le pack Hong Kong. Depuis quand prête-t-on un territoire, c'est nouveau ça?! Impossible n'est pas anglais (ce sont les rois de la diplomatie et ils nous le prouvent encore).

 

Bref, on stoppe la concernant l'aspect géographico-politique de ce territoire. Hormis ça et mes frasques administratives pour l'obtention de mon visa (que je vous épargnerais), 5 jours à HK (Hong Kong pour les habitués) furent 5 jours de bonheur.

 

Remettre un pied à HK est un plaisir des sens : il fait chaud (plus de 30° en ce mois de mai, météo très clémente), le tramway déambule en pleine ville, la vue magnifique du skyline des buildings vous émerveille de jour comme de nuit, la brise marine vient vous caresser les narines et en arrière-plan de ce paysage urbain, vous avez les collines et le Victoria's Peak (sommet de l'ile). Sommet d'ailleurs que j'ai gravi et redescendu à pieds en 5 heures. Cette escapade me coutera quelques jours de récupération et de rééducation car ça m'a cassé en deux, la prochaine fois je ne jouerais pas au super héro, j'épargnerais mon petit corps de toute ces souffrances (je vous raconte pas les crampes que j'ai) et prendrais le tram.

HK c'est aussi le melting pot, beaucoup de chinois of course, mais aussi de nombreux étrangers venant des quatre coins de la planète, c'est génial (quasiment aussi cosmopolite que Londres).

 

Mais HK est aussi l'une des ville-états les plus petites, cheres (transport, logement, sorties) et prospères au monde. Tout est très très cher. C'est aussi beaucoup d'immeubles insalubres (en plus qui valent quand même la peau des fesses), des quartiers avec une densité pouvant aller jusqu'à 200 000 habitants au kilomètre carré (densité les plus importantes sur la planète, les gens vivent comme des fourmis). La moindre cage à lapin se loue une fortune (bizarre ça me rappelle encore Londres), ne pensez même pas à louer un appartement de 100m2 comme c’est assez courant en Chine. Des rues bondées de monde (7 millions d'habitants); une humidité constante dans l'air, parfois irrespirable, les personnes agoraphobes n'y sont pas les bienvenues.

 

Pour survivre/bien vivre (entourez la bonne réponse) à HK il faut avoir un bon compte en banque, ce qui n'est pas encore mon cas pour le moment et aimer les bains de foule. Avant, je pensais que Shanghai était bondé mais ce n'est rien comparé à HK, en tout cas je suis bien à Schlinghai (petit jeu de mot, car à Shanghai ça ne sent pas toujours la rose) et je ne risque pas de mourir d'asphyxie (je risquerai juste de me faire renverser par un chauffard shanghaien). lol


Publié dans Hors de Shanghai

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article