Le Bar Rouge

Publié le par gaylor 有琴固


L'été se poursuit lentement et surement. La chaleur redescend petit à petit (il fait toujours plus de 30° dans la piaule).

Apparemment le soleil rend paresseux et nonchalant, si c'est le cas, alors j'en suis la preuve même. Ce mois d'août je n'ai pas pondu beaucoup d'articles, pourtant je n'ai cessé de retourner Shanghai d'est en ouest et du sud au nord (lorsque mon boulot me le permettait bien sûr). Cependant j'en profite souvent pour siroter quelques verres dans les bars ou restaurants de la ville (auxquels je n’aurais jamais accès en France).

Voici quelques photos du "Bar Rouge" (oui le nom du bar est Français car tenu par des frenchis). C'est le rendez-vous des expats, des étudiants stagiaires, des chinoises à la recherche de l'étranger qui pourra les entrenir, des travelos et des calls girls (là je pense que c'est bon j'ai fait le tour). En gros une bonne mixité sociale (humhum). On n’y rencontre que très peu de chinois car apparemment les bars et les clubs ne sont des lieux fréquentés que par les mauvaises personnes (selon les dires de mes collègues). C'est un bar avec une plutôt bonne ambiance... sonore, un beau cadre: grande terrasse avec vue sur le quartier des affaires de Pudong, et déco d'intérieur tout de rouge avec des énormes photos en noir et blanc dans des alcôves. Rien à dire ce bar est superbe. 

Mais hormis ça (et oui il fallait bien un "mais"), un certain nombre de clients sont tout simplement "cons, prétentieux et snobs". Et malheureusement ces clients là sont souvent français et riches, riches dans leurs conneries. Car se sont souvent des pauvres stagiaires qui après quelques mois passés en Chine choppent le melon. C'est bien triste.

Dans tout ce tape-à-l'oeil, vous vous demanderez sûrement pourquoi je fréquente ce lieu. La raison est très simple, en temps normal je ne mettrais pas mes pieds au Bar Rouge, mais vu qu'un de mes amis est DJ résident... Bein ça me facilite l'accès.


Publié dans Shanghai au quotidien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article