Japon (part3/8): Tokyo

Publié le par gaylor 有琴固

2010-03-05 01 copy

 

Jour 3 (Dimanche 14 février)

 

Réveil à 7h... Allez disons plutôt 7h30. Les bonnes résolutions ne durent pas. On a à peu près tous la tête dans le c…, un bon chocolat chaud au Starbucks du coin est nécessaire pour nous mettre en jambe.

 

C'est reparti pour le métro, cette fois direction le quartier d'Omotesando qui d'après le guide serait l'équivalent des Champs Elysées.

Effectivement, l'avenue est vraiment très jolie et bordée par de très belles boutiques de luxe (conçues par des grands noms de l'architecture). Morgane et moi sommes aux anges, comme dans un rêve nous voyons tous les bâtiments de nos magazines d'architecture. Le pied!!! Nicolas apprécie également le spectacle mais avec un regard plus reculé. Nous remontons l'avenue et croisons les tokyoïtes les plus fashions de la capitale. Les gens nous paraissent tous plus élégant les uns des autres.

 

L'avenue se termine par le gymnase olympique (1964) conçu par Kenzo Tange, que nous  prenons bien sûr en photos. Et juste à côté il y avait une brocante, où même déjà portés, la plupart des vêtements paraissaient neufs.

 

Nous enchaînons ensuite avec la visite du parc de Yoyogikamizonocho (c’est plus dur a prononcer que Schwarzenegger), qui se situe à droite d'Omotesando. Très joli parc naturel, agréable à visiter (en plus la journée fut ensoleillée). Au milieu du domaine se trouve un temple shintoïste en bois dans lequel certains pratiquants viennent se recueillir. Et nous apercevons deux mariages traditionnels japonais avec kimono pour monsieur et robe japonaise pour madame (à noter que les couples sont très élégamment vêtus et pour une fois la tenue du mari surclasse celle de l'épouse). Nous finissons à peine de visiter le parc que nos saletés d'estomacs commencent à gargouiller. Une fois de plus nous finissons dans un fast-food…japonais où nous rencontrons un guinéen habitant à Yokohama, installé au Japon depuis moins d'un an et qui parlait parfaitement japonais. La vache!!! Nous l'admirons de nos grands yeux parler à sa copine japonaise.

 

Burger empiffrés, estomacs remplis, nous redescendons l'avenue vers le sud afin de visiter l'autre partie du quartier. Au passage nos regards croisent une magnifique Rolls Royce dont le petit ange est entièrement en diamant (ou en cristaux) avec les jantes serties du même matériau. Bienvenue au pays du bling.

 

Nous finissons la rue par la visite de la boutique Prada (signée par les architectes suisses Herzog & De Meuron) l'une des belles du quartier avec ses losanges de verres qui représentent le motif des sacs à main de la marque. Nous jouons aux touristes japonais, scotchés au bâtiment à prendre des dizaines de photos. Nicolas se dit que les architectes sont vraiment des "oufs".

 

Après avoir littéralement bavé devant la boutique nous reprenons le cours de notre visite, aller hop dans le métro direction le quartier de Shinjuku. A noter les métros tokyoïtes sont vraiment agréables, à chaque voyage nous nous endormions, d'ailleurs nous avons raté à plusieurs reprises pas mal de nos stations.

 

Nous arrivons dans le quartier de Shinjuku, blindé de monde. Le guide nous décrit le quartier comme mister Jekyll and Hide. On a vite compris pourquoi. En effet à la sortie du métro on est accueillis par une horde de hauts bâtiments commerciaux tous plus blindés de publicités les uns que les autres. On y retrouve encore la jeunesse de Tokyo vêtue des dernières tendances de la mode. Leur point de rendez-vous est devant l'immense écran géant extérieur de la compagnie Alta, mais tout autour de cette place on retrouve d'autres écrans tous aussi grands les uns que les autres.

 

Et chose surprenante, le sud de Shinjuku est occupé par les services de la ville, et toutes les tours de bureaux. L’hôtel de ville avec ses deux tours dominent le paysage (conçu par l'architecte Kenzo Tange). L'architecture de la mairie est vraiment forte on sent la volonté de montrer où se situe le pouvoir (elle pourrait facilement être construite à Gotham city). Le sommet des tours est accessible aux grands publics et permet en période de beau temps, d'apercevoir le mont Fuji. Malheureusement pour nous, le temps nous a pas gâté, bye-bye le mont Fuji, mais nous avons tout de même eu droit de contempler l'étendue de la capitale nippone. Ça change totalement de Shanghai, ici pas de tours excepté à Shinjuku, partout c'est des maisons ou des petits immeubles, l'être humain retrouve une place dans la ville.

 

Une fois fini de planer, Nous retournons vers le métro en passant par le quartier des affaires (où l’on croisse un vieux japonais en vélo complètement excentrique avec qui nous tapons une pause photo) les tours pullulent autour de nous.  Nous arrivons ensuite à une rue très étroite complètement différente, avec un dédale de boui boui tous aussi minuscules les uns aux autres. Par contre à l'intérieur, que des japonais, on aurait bien tenté mais ça sentait qu'on n'était pas les bienvenus. Tant pis pour eux ils n'auront pas nos yens. Entre temps, le quartier s'est illuminé et lieu paru encore plus impressionnant que le jour.

 

La journée n'étant pas tout à fait terminée, nous décidons de continuer de plus belle en nous rendant dans le quartier de Roppongi. Ce district est réputé pour être l'un des plus festifs de la capitale. On y boit jusqu'à plus soif (en gros jusqu'à 5 du mat, l'heure du premier métro).

Avant de visiter la rue de la débauche, nous nous goinfrons d'un grec... Japonais. Ensuite nous faisons excursions dans un très joli mall, qui est semi intérieur-extérieur (conçu par la boite d'architecture Jerde). Vachement bien ce mall, tellement bien que Paul Baucuse y a ouvert un resto, malheureusement Paul n'aime pas les petits jeunes sans un sous. Ça sera pour la prochaine. Entre temps Nicolas tente de faire des emplettes au Diesel store, mais celui-ci ferme ces portes devant son nez (voyons Nicolas t'es au Japon et tu vas dans les mêmes magasins qu'à Shanghai). Nous nous promenons au pas de course car la plupart des boutiques commencent à descendre leurs rideaux. On croise une bande de jeunes hommes cosplayers, déguisés en petites écolières avec qui forcément nous faisons quelques photos. Le centre commercial est limite un labyrinthe, il y a des rues partout. Nous accédons finalement à la toiture du centre commercial afin d'observer la tour de Tokyo (une concurrente de notre Eiffel sauf qu'elle est un plus récente, plus haute de 11m et toute rouge).

 

Le mall ferme lentement ces portes et nous dirigeons donc vers la rue de la soif. Elle porte bien son nom, des bars et des clubs à la pelle à chaque coin de rue. Y a de quoi trouver son bonheur. Les vigiles racolent à la recherche de quelques clients, faisant miroiter que leurs établissements sont pleins de monde. Mais on n’est pas dupe, nous sommes dimanche soir et la plupart des gens travaillent le lendemain, ça doit donc être le désert à l'intérieur.

 

Nous nous baladons assez rapidement car le quartier semble un peu mort ce soir et décidons d'aller reposer nos petits corps meurtris.

 

Publié dans Hors de Shanghai

Commenter cet article