Sinan Road

Publié le par gaylor 有琴固

2010-11-13 01-copie-1

21 degrés en plein mois de novembre, on croirait rêver, mais samedi dernier c’était bel et bien la température des prévisions météo sur Shanghai. Pas de nuages au-dessus de nos têtes et un beau ciel. L’occasion était trop belle, pas question de rester avachis devant la Wii toute la journée, il était temps de prendre un grand bol d’air.

Ces derniers jours, j’ai découvert une rue très sympa dans la (ex)concession française, non loin du quartier de Taikang Lu et près de Bridge 8 (développement immobilier avec de nombreux cabinets d’architecture) : Sinan Road.

Comme la plupart des rues de la concession, elle est bordée d’arbres tout le long de la route, ce qui lui confère un certain charme, et tous les bâtiments du quartier sont à échelle humaine (aucune tour ne vient assombrir la rue). La rue est relativement calme surtout ce samedi, on y trouve quelques boutiques (lorsque vous vous rapprochez du croisement avec Huai Hai Road), sinon le reste de la rue est plutôt résidentiel avec de belles et grandes demeures dont certaines sont abandonnées et dans un piteux état (certaines vont être réhabilitées). Pour des visites plus culturelles, il y a également l’ancienne maison d’un ancien haut responsable du parti communiste : Zhu En Lai ; une très grande maison qui possède un magnifique jardin. Et à quelques pas, il y a celle du premier président de la Chine Sun Yat Sen. Profitez-en les entrées sont gratuites.

Au croisement avec Fuxing Road, il y a même un nouveau développement résidentiel, hôtelier et commercial qui n’est pas totalement fini, mais que vous pouvez visiter. L’ensemble reprend le style des maisons de la rue légèrement réadapté et plutôt réussi (sauf pour la zone près de l’autoroute surélevée où le mélange de style contemporain et traditionnel est médiocre). D’habitude je hais tous ces nouveaux projets soit disant de maisons françaises, anglaises ou encore espagnoles, les promoteurs chinois n’ayant pas encore compris que l’on ne construisait plus du tout comme ça en Europe (en plus ces projets sont souvent mal proportionnés). Bref… je vous conseille d’y jeter un œil avant que le lieu ne soit envahi par les hordes de clients chinois. Et au passage pour ceux que ça intéresse, toutes les villas hôtelières sont à louer au prix de 35 000 RMB par jour (vous  lisez bien) pour une surface de plus de 450 mètres carré. D’ailleurs faites comme nous et demandez à les visiter ça vaut le détour.

 

 

Publié dans Balade Culturelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Woods 25/11/2010 09:15


Sauf qu'une fois de plus, c'est des maisons chargées d'histoires qui sont rasées pour reconstruire du neuf qui ressemble à du vieux.
Regarde une des ces photos (http://www.flickr.com/photos/zinka/tags/sinanmansions/) et les explications qui vont avec.
D'ailleurs ca pourrait t'interesser, il y a un groupe de photos sur les endroits qui disparaissent a Shanghai : http://www.flickr.com/groups/353116@N23/
Faudrait que j'aille y faire un tour, tu peux entrer comme ca dans les villas ?
-- Woods


gaylor 有琴固 29/11/2010 03:14



Je viens de mater les photos sur Flickr. Quel gâchis !!! Tout comme les temples et
les maisons traditionnels chinoises, ces villas font également partis du patrimoine chinois (mais apparemment pour le gouvernement ce n’est pas le cas).


Perso, nous n’avons pas visité les villas même si l'hôtesse voulait nous les faire visiter
(elle devait surement nous prendre pour de riches clients), mais bon y’a juste à demander. Le projet qui nous intéressait se situe en fond de parcelle, et est encore en construction (petit
immeuble résidentiel moderne faisant parti du même développement).


Ce qui est assez drôle, c'est que l'ensemble du projet
a été conçu par Arte Charpentier (Architectes français auteur de l'opéra de Shanghai à People Square). Pour des architectes qui se disent contemporains, c'est bizarre de faire ce genre de projet,
de plus tu ne trouveras nulle part sur leur website une trace de ce projet (à croire qu'ils en ont honte).